HELLFEST : Des festivaliers réclament “moins de bruit pour une ambiance plus conviviale”

Depuis sa création, le Hellfest de Clisson a déjà fait couler beaucoup d’encre. « Trop ceci, pas assez cela » : chacun se plaît à donner son avis sur le gigantesque festival. Metal En Fer est allé recueillir quelques témoignages lors de l’édition 2019 et il ne fait aucun doute qu’une certaine frange des festivaliers a des idées pour permettre à la manifestation d’évoluer « dans le bon sens ».

“Un ou deux concerts sur la journée, pourquoi pas ?” lance Stéphanie, web-designeuse parisienne de 26 ans. “Mais là, clairement, on ne s’entend plus, c’est relou”.

Laurent, commercial, apprécie l’effort fait sur les costumes : “Je salue le courage des bénévoles qui se baladent déguisés en Pikachu ou en dinosaures sur le site, et qui ont toujours un mot gentil pour tout le monde. Par contre je n’apprécie pas du tout que certains festivaliers empêchent de manière aussi irrespectueuse les gens de s’amuser. Hier encore, des amis et moi avons initié une chenille bon-enfant pendant le concert d’EMPEROR et quelqu’un m’a donné un coup de coude… Je ne trouve pas ça respectueux pour les artistes qui font tout pour nous distraire de notre quotidien. De toute façon, il y a trop de concerts…”

Jordan, son pichet dans les mains, nous confie que “celui-là j’ai dû le réclamer trois fois avant que la nana du bar comprenne ce que je voulais. Entre le monde et le bruit, je plains les bénévoles. Il paraît qu’ils ne sont pas payés en plus, et ça c’est pas normal selon moi.

Si certains, comme Véronique, 48 ans, comptable à Poitiers, déplorent “le morbide des produits dérivés […] le monde a besoin de davantage d’optimisme que toutes ces têtes de mort, surtout en cette période de transition économique“, l’essentiel des doléances (83%) concerne bien la « musique » elle-même.

“Je n’aime pas la musique metal mais on m’avait rassuré en me disant que c’était au second plan”, explique Virginie, DRH à Compiègne, “eh bien j’ai tout de même été déçue par la place disproportionnée que prennent les scènes de « concerts » (Ndlr : elle fait un signe de guillemets avec ses doigts). L’idée du festival de ne pas annoncer les groupes à l’avance afin de faire fuir les obsédés de musique était très bonne, mais elle n’a pas suffi, selon moi…”

“Dommage qu’il n’y en ait que pour les metalleux” remarque Solène. “Les organisateurs devraient prendre en compte les goûts de tout le monde. Je suis sûre qu’un Moby ou un Mika en tête d’affiche plairait davantage aux gens que des groupes dont on connaît à peine les tubes, comme Judas Priest ou que sais-je”.

Jean-Pierre, 54 ans, est venu en famille avec ses petits enfants. “On m’avait dit qu’il y a avait des manèges mais pour l’instant je n’ai trouvé que la grande roue. Je m’attendais à plus de vieilles attractions, des grands classiques comme les miroirs déformants ou le Whooper Dooper. Nous avons voulu monter dans le train fantôme, là où il y a la grosse tête de mort gonflable, mais on nous a évacué avec très peu de courtoisie avant même que nous n’apercevions le moindre wagon !

Beaucoup de choses à améliorer, mais surtout une critique récurrente : trop de bruit ! A voir comment le Hellfest compte réagir afin de contenter ses clients.

Un sujet de Jean R. D’Ephrasechoque et Georges-André Bouzard.

Twitter
Visit Us
Follow Me
Nous suivre par mail
RSS
Un Commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *