METALLICA : Les disques d’or Lulu étaient des faux !

Du véritable travail d’orfèvre !

Scandale dans le petit monde des collectionneurs. Notre témoin, Jérémy Bledard, fan de Metallica devant l’éternel, a, de même qu’un petit millier de victimes à travers le monde, fait les frais d’un vaste trafic de faux disques d’or certifiés RIAA, venus des Etats-Unis.

« Je suis vraiment dégoûté… en plus, le mien était dédicacé par Jason Newsted ».

Il est vrai que sans lui jeter l’eau propre, le collectionneur aurait dû se méfier, il est extrêmement rare de dénicher de telles affaires : « Seulement 6000 euros pour un disque d’or d’une telle envergure, c’est vrai que je me sentais presque coupable vis à vis du vendeur ! Quand je repense à la danse que j’ai faite quand j’ai emporté la mise, j’ai honte ! »

Aux côtés dudit Lulu, ce sont pas moins d’une centaine d’autres faux disques d’or que le revendeur Américain écoulait via sa page Ebay, parmi lesquels beaucoup d’artistes liés à l’univers metal, tels que Kivimetsän Druidi, Thunderstone ou encore Anette Olzon.

Il faut bien reconnaître que seul un oeil averti pouvait voir la supercherie (voir photo ci dessus).

« Je me base sur des choses très pointues » déclare l’expert grâce auquel le trafic a été dénoncé, « par exemple, l’album Lulu n’est jamais sorti au format cassette. Autre détail : il ne s’est vendu qu’à 16 exemplaires aux Etats-Unis, essentiellement des médiathèques. Or, le palier à atteindre pour être certifié or est bien plus élevé (Ndlr : suite à la crise du disque, ce palier est en effet passé à 500 exemplaires en 2019) ! »

« Ces gens jouent avec les sentiments de passionnés. J’espère que le coupable sera jugé au Texas, parce que pour moi c’est peine de mort minimum ! » s’emporte Jérémy.

Twitter
Visit Us
Follow Me
Nous suivre par mail
RSS

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *