MESHUGGAH: « Pas besoin de compliquer à outrance un bon riff en 19/7 »

Photo prise en 19/16ème.

Dans une interview accordée le mois dernier à notre confrère anglais Metal In Iron, le guitariste Fredrik Thordendal lève un coin de rideau sur le prochain album de Meshuggah : « Nous sommes peut-être allés trop loin dans la complexité. Il n’y a pas besoin de compliquer à outrance un bon riff efficace en 19/7 sous prétexte de considérations structurelles. Notre prochain disque sera bien plus « in your face » et majoritairement basé sur cette signature rythmique à même d’être appréhendée par tous. Nous nous inspirerons également de la musique traditionnelle indienne davantage basée sur le ressenti et bien moins « intellectualisée », puisque le mode en Inde n’est pas une unique échelle comme en occident. Il en existe plusieurs, classés, selon les systèmes, soit en modes principaux et modes dérivés, soit en trois échelles de base (gràma) dans lesquelles les permutations de la tonique dans une gamme de sept notes (où deux notes s’ajoutent accessoirement) permettent de former 21 modes principaux (mùrchhanà) ou, selon le système encore aujourd’hui employé dans le sud de l’Inde, en 72 échelles de sept notes (melakarta) dans un système chromatique où chaque note, exceptée la tonique, a deux positions, pouvant être naturelles et selon les cas dièse ou bémol. L’octave est alors théoriquement divisée en 22 intervalles (sruti) permettant l’accord exact des notes. Je pense que ce sera bien plus simple pour tout le monde. »

Twitter
Visit Us
Follow Me
Nous suivre par mail
RSS

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *